[TRIBUNE] : « FRAGILISATION DE LA DEMOCRATIE EN AFRIQUE », (Dede Watchiba)

La fragilisation de la démocratie en Afrique est un défi complexe et multidimensionnel. Les facteurs tels que la corruption, l’instabilité politique, les conflits ethniques, la faiblesse des institutions démocratiques, le double jeu des firmes multinationales, l’influence persistante des anciennes puissances coloniales et des interventions intempestives de certains Etats étrangers peuvent contribuer à cette situation.

On observe sur la scène politique africaine, qu’ il existe effectivement des cas où les acteurs clés fragilisent la démocratie en ne jouant pas leur rôle de manière appropriée. Le pouvoir en place, l’opposition africaine et la société civile peuvent jouer des rôles différents dans la fragilisation de la démocratie en Afrique. La fragilisation de la démocratie en Afrique résulte souvent de l’interaction complexe entre ces acteurs et de divers facteurs socio-politiques.

Voici un aperçu de ces rôles :

1. Le pouvoir en place.

Le pouvoir en place, qu’il soit exercé par un gouvernement élu ou par des dirigeants autoritaires, joue un rôle crucial dans la consolidation ou la fragilisation de la démocratie. Voici quelques exemples :

 Manipulation électorale : Les dirigeants au pouvoir peuvent manipuler les élections en utilisant des tactiques telles que l’intimidation des électeurs, la falsification des résultats ou les restrictions à la participation politique de l’opposition. Cela affaiblit la crédibilité du processus électoral et nuit à la démocratie.

 Répression des libertés civiques : Les gouvernements peuvent restreindre les libertés d’expression, de presse et d’association, en réprimant les voix dissidentes et en muselant les médias indépendants. Cela limite la participation politique et affaiblit la démocratie en restreignant l’espace civique.

 Corruption et abus de pouvoir : Les dirigeants peuvent s’engager dans des pratiques de corruption, détournant les ressources publiques à leur avantage personnel. Cela affaiblit les institutions démocratiques, réduit la confiance des citoyens envers le gouvernement et compromet la reddition de comptes.

2. L’opposition africaine.

L’opposition politique joue un rôle important dans le fonctionnement démocratique d’un pays. Cependant, en Afrique, dans certains cas, l’opposition peut également contribuer à la fragilisation de la démocratie. Voici quelques scénarios :

• Instrumentalisation des conflits ethniques : L’opposition politique peut exploiter les divisions ethniques ou tribales pour mobiliser sa base électorale. Cela peut conduire à une polarisation accrue de la société et affaiblir la cohésion nationale, nuisant ainsi à la stabilité démocratique.

• Boycott des élections : Dans certains cas, l’opposition peut choisir de boycotter les élections, contestant ainsi la légitimité des résultats. Bien que cela puisse être une expression de mécontentement, cela peut également affaiblir le système démocratique en entravant la participation électorale et la représentativité. Ceci crée un vide politique et peut donner au pouvoir en place une plus grande emprise sur le pouvoir sans contre-pouvoir significatif.

• Recours à la violence : Dans certains cas extrêmes, l’opposition peut recourir à la violence pour contester le pouvoir en place. Cela peut conduire à des conflits civils et à l’affaiblissement des institutions démocratiques. Cela inclut des actions telles que des attaques armées, des soulèvements violents ou des tentatives de renversement par la force. Ces actions sapent la stabilité démocratique et peuvent conduire à une répression accrue du pouvoir en place.

• Absence de respect des règles démocratiques : L’opposition peut également fragiliser la démocratie en ne respectant pas les règles établies du jeu politique. Cela peut inclure le non-respect des résultats électoraux, le rejet de la légitimité des institutions démocratiques ou l’utilisation de tactiques antidémocratiques pour gagner du pouvoir.

Il est important de noter que toutes les oppositions africaines ne sont pas engagées dans ces comportements, et beaucoup jouent un rôle constructif en faisant valoir les droits de l’opposition, en surveillant le pouvoir en place et en défendant les principes démocratiques.

3. La société civile

La société civile, composée d’organisations non gouvernementales, de groupes citoyens et d’activistes, joue un rôle crucial dans la promotion de la démocratie en Afrique. Voici quelques aspects de son rôle :

• Surveillance et reddition de comptes : La société civile surveille les actions du pouvoir en place et de l’opposition, en mettant en lumière les abus de pouvoir, la corruption et les violations des droits de l’homme. Elle exerce une pression sur les gouvernements et les incite à rendre des comptes.

• Mobilisation et sensibilisation : La société civile joue un rôle clé dans la mobilisation des citoyens, en les sensibilisant aux enjeux démocratiques, aux droits civiques et en encourageant leur participation active dans la vie politique. Elle favorise ainsi l’engagement citoyen et renforce la démocratie.

• Plaidoyer et réforme politique : Les organisations de la société civile plaident en faveur de réformes politiques visant à renforcer la démocratie, notamment la réforme électorale, la protection des droits de l’homme, la transparence et la responsabilité gouvernementale. Elles proposent des recommandations concrètes pour améliorer les institutions démocratiques.

Lire aussi :  [ Tribune] : « Consolidation démocratique en Afrique : Leçons à tirer des élections présidentielles au Sénégal et défis face aux ingérences extérieures.», (Dédé Watchiba)

• Défense des droits de l’homme : La société civile africaine joue un rôle essentiel dans la défense des droits de l’homme, en luttant contre les violations et en plaidant en faveur de la justice et de l’égalité. Elle contribue ainsi à la protection des droits fondamentaux des citoyens et à la consolidation de la démocratie.

Cependant, la société civile peut également faire face à des défis tels que la répression gouvernementale, les restrictions à la liberté d’association et les menaces pour la sécurité des défenseurs des droits de l’homme. Ces obstacles peuvent entraver son efficacité et affaiblir la démocratie en Afrique.

Dans certains cas, le pouvoir en place peut chercher à instrumentaliser la société civile pour servir ses propres intérêts et affaiblir la démocratie. Cela peut se manifester de différentes manières :

• Cooptation : Le pouvoir en place peut tenter de coopter des organisations de la société civile en leur offrant des avantages financiers, des positions au sein du gouvernement ou d’autres formes d’incitation. Cela peut compromettre leur indépendance et leur capacité à agir comme contre-pouvoir.

• Répression sélective : Le pouvoir en place peut réprimer sélectivement les organisations de la société civile qui critiquent ses politiques ou actions. Cela peut prendre la forme de harcèlement, d’intimidation, de détentions arbitraires ou de restrictions à la liberté d’association. Cette répression affaiblit la société civile en limitant son espace d’action et en sapant son impact sur la démocratie.

• Divisions et manipulation : Le pouvoir en place peut semer la division au sein de la société civile en encourageant des rivalités, en finançant des groupes favorables au régime ou en exploitant des tensions existantes. Cette fragmentation affaiblit la capacité de la société civile à agir de manière collective et coordonnée pour promouvoir la démocratie.

3. Influence persistante des anciennes puissances coloniales

L’influence persistante des anciennes puissances coloniales dans les affaires africaines a également un impact sur la démocratie. Les intérêts économiques et géopolitiques des anciennes puissances peuvent influencer les processus politiques et les décisions prises dans les pays africains, parfois au détriment de la démocratie et de la volonté populaire.

4. Interventions intempestives des Etats étrangers

Les interventions négatives des pays africains peuvent jouer un rôle significatif dans la fragilisation de la démocratie chez leurs voisins. Voici quelques éléments à considérer :

1. Ingérence politique : Les pays voisins peuvent s’ingérer dans les affaires politiques d’un pays voisin en soutenant des groupes politiques favorables à leurs intérêts, en finançant des campagnes électorales ou en tentant d’influencer les résultats des élections. Cette ingérence peut affaiblir la souveraineté nationale et perturber les processus démocratiques internes du pays ciblé.

2. Soutien aux mouvements rebelles : Les pays voisins peuvent soutenir des mouvements rebelles ou des groupes armés dans un pays voisin, alimentant ainsi les conflits internes et sapant la stabilité politique. Cette intervention peut perturber le processus démocratique en empêchant les institutions de fonctionner normalement et en créant un climat d’insécurité qui entrave la participation politique.

3. Manipulation des ressources économiques : Les pays voisins peuvent exploiter les ressources économiques d’un pays voisin de manière abusive, par le biais de l’accaparement des terres, de l’exploitation illégale des ressources naturelles ou du commerce illicite. Cela peut avoir un impact négatif sur l’économie du pays ciblé, affaiblissant ainsi ses institutions démocratiques et sa capacité à répondre aux besoins de sa population.

4. Migration et flux de réfugiés : Les crises politiques et les conflits dans un pays voisin peuvent entraîner des flux de réfugiés et de migrants vers les pays voisins. Cela peut exercer une pression considérable sur les ressources et les infrastructures des pays d’accueil, perturbant ainsi leur stabilité sociale et politique. Les tensions liées à la migration peuvent fragiliser les institutions démocratiques et augmenter les divisions politiques.

5. Influence économique : Les pays voisins plus puissants économiquement peuvent exercer une influence économique déstabilisante sur leurs voisins plus faibles. Cela peut se manifester par des pratiques commerciales injustes, l’exploitation économique, la domination des marchés ou la dépendance économique. Cette influence économique peut affaiblir les institutions démocratiques et compromettre la capacité d’un pays à prendre des décisions politiques indépendantes.

Ces interventions négatives des pays africains voisins sapent la démocratisation en créant des tensions politiques, en perturbant les processus électoraux et en affaiblissant la stabilité des institutions démocratiques. Il est crucial de promouvoir le respect mutuel, la coopération régionale et le dialogue entre les pays voisins pour préserver la démocratie et la stabilité politique dans la région.

Lire aussi :  [ Tribune de Dédé Watchiba] : « Valoriser le patrimoine historique de Gbadolite : Opportunités de développement économique et touristique en République Démocratique du Congo» !

5. Rôle des firmes multinationales dans la fragilisation de la démocratie en Afrique

La fragilisation de la démocratie en Afrique par les firmes multinationales peut résulter de l’exploitation des ressources naturelles, de l’influence politique, de l’exploitation des travailleurs et d’accords commerciaux inéquitables

 Exploitation des ressources naturelles : L’Afrique est riche en ressources naturelles précieuses telles que le pétrole, le gaz, les minéraux et les terres arables. Les firmes multinationales sont souvent impliquées dans l’exploitation de ces ressources, mais cela peut parfois se faire au détriment de la démocratie et des intérêts des populations locales.

Des pratiques telles que la corruption, l’évasion fiscale, l’accaparement des terres et l’exploitation environnementale peuvent affaiblir les institutions démocratiques et creuser les inégalités socio-économiques.

 Influence politique et lobbying : Les firmes multinationales disposent souvent de ressources financières et de réseaux d’influence considérables, leur permettant d’exercer une influence significative sur les décisions politiques. Elles peuvent influencer les politiques économiques et réglementaires des gouvernements, affaiblissant ainsi la souveraineté nationale et la capacité des institutions démocratiques à représenter les intérêts des citoyens. Cela peut conduire à des politiques favorables aux entreprises au détriment du bien-être social et environnemental.

 Inégalités et exploitation des travailleurs : Les firmes multinationales opèrent souvent dans des secteurs à forte intensité de main-d’œuvre, tels que l’industrie extractive et la production agricole. L’exploitation des travailleurs, y compris les bas salaires, les conditions de travail précaires et les violations des droits du travail, est un problème fréquent. Ces pratiques affaiblissent les droits des travailleurs, la cohésion sociale et peuvent conduire à des tensions sociales et politiques.

 Accords commerciaux inéquitables : Les accords commerciaux internationaux peuvent également jouer un rôle dans la fragilisation de la démocratie en Afrique. Souvent, ces accords favorisent les intérêts des firmes multinationales et des pays développés au détriment des économies locales. Cela peut entraîner une dépendance économique accrue, la désindustrialisation, la perte de souveraineté économique et des obstacles pour les gouvernements africains dans la mise en œuvre de politiques et de réglementations qui favorisent le développement durable et équitable.

Il est important de souligner que toutes les firmes multinationales ne sont pas impliquées dans ces pratiques néfastes, et certaines opèrent dans le respect des lois, des droits de l’homme et de l’environnement. Cependant, il est essentiel d’adopter une approche critique et de promouvoir la responsabilité des entreprises afin de prévenir les abus et de garantir que les activités des firmes multinationales soutiennent la démocratie, le développement durable et le bien-être des populations africaines.

Pour renforcer la démocratie en Afrique, il est nécessaire de mettre en place des réglementations strictes pour encadrer les activités des firmes multinationales, promouvoir la transparence dans les transactions commerciales et encourager la responsabilité sociale des entreprises. Cela peut inclure des mesures telles que l’imposition de normes éthiques et environnementales, la promotion de la transparence financière, la consultation et la participation des communautés locales affectées par les activités des entreprises, et la création de mécanismes de reddition de comptes pour les abus éventuels.

En outre, il est crucial de renforcer les institutions démocratiques nationales et régionales en favorisant la transparence, la bonne gouvernance et la participation citoyenne. Cela peut se faire en encourageant le dialogue et la collaboration entre les gouvernements, la société civile et les entreprises, en renforçant l’indépendance des institutions de régulation et de contrôle, et en investissant dans l’éducation et la sensibilisation des citoyens aux enjeux économiques et politiques.

En conclusion, il convient de noter que malgré ces défis, de nombreux pays africains ont également réalisé des progrès significatifs vers la consolidation de la démocratie. Certains pays ont réussi à organiser des élections crédibles, à renforcer l’indépendance des institutions démocratiques et à promouvoir la participation civique. Cependant, les défis restent importants et il est essentiel de continuer à soutenir les efforts visant à renforcer la démocratie en Afrique.

La promotion de la démocratie en Afrique nécessite des mesures telles que la lutte contre la corruption, le renforcement des institutions démocratiques, la protection des droits de l’homme, l’encouragement du dialogue politique inclusif et le renforcement de la participation citoyenne. De plus, il est important de favoriser la coopération internationale pour soutenir les processus démocratiques et aider les pays africains à surmonter les défis auxquels ils sont confrontés.

Professeur d’Universités, chercheur et analyste politique, Dede Watchiba 

Les plus lus

DRC Mining Week édition 2024 : remédier au manque de capacité énergétique, Kibali Gold Mine livre...

Comment remédier au manque de capacité énergétique ? Jean-Paul Ilunga Mbayo, ingénieur en électricité de Kibali Gold Mine, filière de Barrick Gold, a livré l’expérience...

DRC Mining Week 2024 : Malia Agency innove avec l’introduction de la « moto électrique » sur le...

En marge de l'événement phare de l'industrie minière congolaise, la DRC Mining Week, organisée du 12 au 14 juin à Lubumbashi, Flavien Bwira, directeur...

Football/Elim-Mondial 2026 :  le Soudan, solide leader du groupe B

Grâce à leur victoire dans le choc de deux Soudans (3-0), les Crocodiles du Nil consolident leur première place dans le groupe B au...

Kenya : le gouvernement approuve la vente de ses actions dans six sociétés cotées

Au Kenya, le gouvernement prévoit de vendre ses actions dans six sociétés cotées, dont un cimentier et la bourse des valeurs du pays, a...

Le Sénégal entame la production du premier champ pétrolier offshore

Ce mardi 11 juin, le Sénégal a annoncé le démarrage de la production du premier projet offshore, rejoignant le club des pays producteurs de...

Sur le même thème

Kenya : le gouvernement approuve la vente de ses actions dans six sociétés cotées

Au Kenya, le gouvernement prévoit de vendre ses actions dans six sociétés cotées, dont un cimentier et la bourse des valeurs du pays, a...

RDC : Judith Suminwa et son gouvernement investis à l’Assemblée nationale

En RDC, Judith Suminwa Tuluka, Première ministre, et son gouvernement ont été investis dans les premières heures de la matinée du mercredi 12 juin...

En RDC, Judith Suminwa fixe ses priorités

Lutte contre l’insécurité, relance de l’économie, plus d’emplois et protection du pouvoir d’achat des ménages… Telles sont les priorités de Judith Suminwa Tuluka, Première...

Au Malawi, le vice-président est mort dans un accident d’avion

Ce mardi 11 juin, le président Lazarus Chakwera a annoncé la mort de Saulos Chilima, vice-président malawite, dans un accident d’avion.   Cette annonce est intervenue...

[ Tribune de Dédé Watchiba] : « Fin des files d’attente inutiles dans les aéroports en...

Introduction La RDC est un pays riche en ressources naturelles et en potentiel économique. Cependant, son administration publique souffre encore de nombreuses pratiques obsolètes qui...