Élections présidentielles aux USA, la controverse n’est pas qu’africaine

Lire aussi

Les élections américaines se déroulent dans un climat de tension et de suspicion entre le président sortant Donald Trump et Joe Biden. Quelques américains d’origine africaine ont l’impression de revivre le climat des élections en Afrique. Certains se paient même la tête des USA, souvent donneur des leçons lors des élections dans les pays africains.

« Il y a en effet beaucoup d’anxiété depuis le début de ces élections. Pour le moment nous attendons le résultat de comptage de états comme Pennsylvanie, Georgie et Nevada pour conclure les élections. Personnellement, je voudrais bien d’un président qui va unir le pays tant soi peu et lutter efficacement contre la Covid », nous confie Christelle, femme d’origine africaine vivant a Washington.

Selon des projections, Biden est en train de progresser dans l’État de Pennsylvanie.

Malgré les communications des uns et des autres sur qui va remporter la présidentielle aux Usa, cette élection répond aux critères que présentent d’autres présidentielles. «Il y a peut-être bien des similitudes dans les émotions et le fanatisme. Mais les Etats-Unis ont des institutions fortes ayant établies par des lois. Tout se fait selon des loi établies préalablement. Les s candidats peuvent donc saisir la Cour pour contester les comptage», se rassure Christelle.

Seulement à cause de la pandémie du coronavirus, «beaucoup des bulletins de vote ont été envoyés par la poste. Et, c’est cela qui retarde la proclamation des résultats. Certaines personnes ne sot pas allées en personne aux bureaux de vote. En temps normal, nous aurions déjà connu le vainqueur», poursuit cette dame qui espère juste que les tensions ne seront pas exacerbées après la proclamation des résultats.

La Rédaction

- Advertisement -spot_img

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

- Advertisement -spot_img

Latest News

Algérie : la condamnation de Chakib Khelil, ancien ministre de l’Energie, confirmée en appel

Mardi 28 juin, la condamnation à 20 ans de prison ferme par contumace de Chakib Khelil, l'ex-ministre de l'Energie,...
- Advertisement -spot_img

Autres articles

- Advertisement -spot_img