Félix Tshisekedi a annoncé en douce la fin de la coalition FCC-CACH (Tribune)

L’adresse tant attendue du Chef de l’Etat a eu lieu vendredi 23 octobre sans les effets apocalyptiques souhaités par certains et craints par d’autres. En six minutes, il a décrit les conditions dans lesquelles le pays est sorti du contexte difficile de l’ère Kabila, avec des élections compliquées. Contexte qui a conduit au choix de la coalition FCC-CACH pour les premiers pas dans le Congo post-Kabila.

L’élément central de sa communication a été l’annonce implicite, de la fin de la coalition FCC-CACH, quand il a affirmé qu’«il n’est plus question de laisser à un seul groupe la gestion de l’avenir du pays». On sait que le FCC a toujours été jaloux de ses avantages, allant jusqu’à exclure l’AFDC de Modeste Bahati, pourtant poids lourd du FCC, des postes au gouvernement et dans les entreprises publiques. Or, par cette annonce, Félix Tshisekedi ouvre la porte à la bande à Bahati, mais aussi à l’opposition LAMUKA petit et grand modèle. Or, les députés de Jean Pierre Bemba et ceux de Moïse Katumbi étaient au Palais du peuple le jour de la prestation de serments des juges constitutionnels, un soutien qui compte.

Lire aussi :  Début du procès en appel de Vital Kamerhe ce vendredi à Kinshasa

Que va faire le FCC? Entrer dans l’opposition? Ou imposer la cohabitation au nom de sa majorité parlementaire? Cornélien. La prestation de serment des juges de la Cour constitutionnelle est un point de plus pour le président Félix Tshisekedi et en moins pour le FCC. Désormais, ce sont les députés du FCC qui sont placés devant le choix: jurer fidélité à un bateau qui prend eau, au risquer de sombrer avec lui, ou prendre une autre décision, sans trahir … Ce n’est pas facile de se découvrir gibier quand on a été chasseur toute sa vie.

Fatshi a été astucieux. Il n’a pas dissous l’Assemblée, ce qui l’aurait soumis à en chercher une nouvelle, sans moyens financiers ni une CENI acceptée. Il laisse au FCC le soin de consommer sa témérité en poursuivant l’action en justice contre les ordonnances présidentielles (et perdre), ou faire profil bas. En même temps, il agace et isole davantage Fayulu, qui devra choisir entre saisir la main tendue subtilement, ou continuer d’aboyer, et se mettre à dos la population qui lui demandera pourquoi il refuserait encore une fois la main tendue de son ex-ami.

Lire aussi :  Crise RDC-Rwanda : Paul Kagame, joue-t-il aux apaisements ?

Au bout des consultations annoncées, Félix Tshisekedi reviendra encore vers le souverain primaire, pour … pourquoi au fait ? On ne sait pas. Mais, il a le temps de se voir venir, en attendant, assis dans un bon fauteuil. Il peut suivre la télénovelas «un chasseur se sachant chassé par son ex-chien de chasse ne sait plus chasser», avec des acteurs du FCC et de LAMUKA.

Serge GONTCHO/ Analyste politique

Les plus lus

Afrique du Sud : l’inflation ralentit en mars, une première depuis le début de l’année

L'inflation a ralenti, en diminuant de 0,3 point pour atteindre 5,3 % pour la première fois depuis de l’année en Afrique du Sud.   D’après l'agence...

RDC : Moussa Mondo écope de 20 ans de prison ferme

Accusé de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et imam du Conseil chiite...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Guinée/Football : Werder Brême suspend Naby Keïta jusqu’à la fin de la saison

Naby Keïta, international guinéen, est suspendu par Werder Brême, son club, jusqu’à la fin de la saison sportive pour indiscipline, a annoncé le club...

RDC : Moussa Mondo dans le dur

Soupçonné de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et Imam du Conseil chiite...

Sur le même thème

Vers une baisse à 35% de la masse salariale au Kenya ?

Au Kenya, le gouvernement prévoit de réduire la masse salariale de 43% actuellement à 34% d’ici à l’année 2028.   « Il est impératif de mettre...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Togo : la Cédéao dépêche une mission à Lomé

Une délégation de la Communauté économique des Etats ouest-africains (Cédéao) séjourne à Lomé, capitale du Togo, où la tension monte depuis l'adoption d'une nouvelle...

Au Nigeria, le gouvernement appelé à mettre un terme à l’accord avec Shell sur les droits...

Lundi 15 avril, Amnesty International et d'autres groupes de défense des droits ont appelé le gouvernement nigérian à mettre fin à un accord, visant...

RDC : Judith Suminwa Tuluka en consultations avant la formation du gouvernement

En RDC, Judith Suminwa Tuluka, Première ministre désignée, poursuit les consultations avec les groupements politiques de l’Union sacrée, coalition au pouvoir, alors que son...