Fin des vacances, reprise de classe sous la pandémie (Lettre de Bruxelles)

Ça y est. C’est la rentrée. J’ai envie de reprendre la phrase consacrée: « nos petites têtes blondes reprennent le chemin de l’école ». Mais bon… Cela fait longtemps que les petites têtes qui reprennent l’école ne sont pas que blondes. Ce sont nos enfants de cette Belgique multiculturelle. Le problème n’est pas là. Les questions de mixité ne sont pas à l’ordre du jour.

En montant dans le bus avec les enfants, j’ai pu lire l’anxiété sur les visages des parents qui font le même chemin que moi. Que va-t-il se passer? Une incertitude grandissante. Le débat était sur tous les plateaux des médias: que vont devenir les enfants et leurs enseignants face à l’incertitude que ne cessent de démontrer la pandémie de la Covid19? Le silence dans le bus est à peine perceptible. Le bus parsemé de personne, alors qu’autrefois, il fallait jouer des coudes pour trouver une place à bord, accuse la décision de certains parents de garder leurs enfants à la maison. Ils ne font pas confiance aux décisions gouvernementales. Ils craignent qu’une fois en contact avec d’autres enfants, que leur progéniture ramène cette saleté à la maison.

Lire aussi :  Elle met fin à ses jours pour échapper aux dettes (Lettre de Bruxelles)

D’autres parents voient cette rentrée comme un soulagement: ils n’ont pas assez de ressource pédagogique pour encadrer les petits à la maison. Les appartements étant transformés en cage pour volaille, il leur a été difficile de gérer les tempéraments des bambins.

Un enfant éternue dans le bus. Tout les regards se tournent vers lui. Ah oui, il suffit de peu pour augmenter le stress. Avant de quitter la maison, madame a récité les instructions aux enfants comme si elle égrenait le chapelet: « gardez-vous de toucher n’importe quoi, gardez vos vestes, éloignez-vous des autres enfants… » Pauvres gamins! Un rationnement du loisir et du plaisir au moment de retrouver leurs amis.

Lire aussi :  La marche du Sapeur (Lettre de Bruxelles)

Quand je repense à la phrase du premier ministre au début de ce prolongement des vacances d’automne, je me dis qu’il nous faut beaucoup de courage. Il a dit : « Nous ne sommes qu’au début de la lutte contre cette pandémie ». Restons donc optimistes !

A bientôt!

Nzau Lembe

Les plus lus

RDC : «…le pouvoir ne veut pas que la critique soit sur la place publique» (Bienvenu Matumo)

Bienvenu Matumo, figure du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), accuse le régime du président Tshisekedi de réduire au silence toutes les voix...

RDC/Roller : le grand retour à Kinshasa

En inactivité depuis plusieurs années, le Roller a fait son retour de cendres, samedi 25 mai, à Kinshasa, capitale congolaise, grâce à l'implication du...

RDC/Linafoot : Maniema Union s’offre Mazembe pour la première fois, Lupopo battu à nouveau

L'AS Maniema Union de Kindu a battu pour la première fois de son histoire le TP Mazembe (2-0), alors que le FC Saint-Eloi Lupopo...

Football/CAF-C1 : Al Ahly, le roi du continent africain

Vainqueur sur le fil face à l'Espérance Sportive de Tunis en finale retour de la Ligue des champions de la Caf samedi 25 mai...

Tchad : plusieurs ministres reconduits dans le gouvernement d’Allamaye Halina

Au Tchad, plusieurs ministres ont été reconduits dans le nouveau gouvernement nommé lundi 27 mai, selon un décret présidentiel lu à la télévision nationale.   Ce...

Sur le même thème

RDC : grève dans les établissements d’enseignement supérieur au Sud-Kivu

En RDC, les enseignants d’établissements d’enseignement supérieur et universitaire ont lancé un mouvement de grève général de quatorze jours, dénonçant le retard récurrent dans...

Nigeria : 620 000 $ de rançon exigées pour la libération des élèves pris en otage

Après un kidnapping de masse dans une école dans l'Etat de Kaduna dans le nord-ouest du Nigeria, un groupe d'hommes armés exigent une rançon...

Est de la RDC : l’Unicef appelle à protéger les enfants

Alors que les combats font rage près de Saké, dans l’est de la RDC, l’Unicef a, dans un communiqué, appelé les parties impliquées dans...

Au Sénégal, l’Université Assane-Seck fermée après la mort d’un étudiant dans une manifestation

Les activités à l’Université Assane-Seck, située à Ziguinchor, sud du Sénégal, ont été suspendues après la mort d’un étudiant dans une manifestation contre le...

Cameroun: le personnel d’appui de l’Université de Maroua en grève 

La situation à l'Université de Maroua à l'extrême nord du Cameroun est préoccupante. Et pour cause, le personnel d'appui de cet Alma mater est...