Présidentielle au Sénégal : retour en grâce de Karim Wade et Khalifa Sall ?

Un retour de Karim Wade et Khalifa Sall dans la course pour la présidentielle va-t-il changer la configuration politique au Sénégal ? Oui, répond Alassane Samba Diop, analyste politique sénégalais.

« On sait qu’en 2019, le Parti démocrate sénégalais (Pds) n’avait pas de candidat. Karim Wade non plus était candidat. Ce qui a permis à Macky Sall de gagner les élections dès le premier tour avec Idriss Seck deuxième. Sonko troisième. C’est clair que les voix de ces deux partis, qui n’étaient pas aux dernières élections, auraient été réparties entre les autres. Cela veut dire, si Khalifa Sall et Karim Wade sont candidats, cela va changer la configuration politique de 2019 parce que leurs partis vont aller chercher les voix », analyse Alassane Samba Diop.

Retour de Karim Wade et Khalifa Sall

Le samedi, le Parlement a adopté un vote qui permet à toute personne condamnée puis graciée ou amnistiée à candidater aux élections. Ce qui ouvre la voie à Khalifa Sall et Karim Wadi, exclus lors de la présidentielle de 2024. C’était l’une des recommandations du dialogue politique, organisé par le président Macky Sall en juin dernier. En fait, la commission politique avait proposé une modification de la loi électorale pour permettre aux candidats inéligibles de se présenter.

Lire aussi :  Présidentielle en RDC : Martin Fayulu favorable à une alliance de l’opposition contre Félix Tshisekedi

Pourtant, Karim Wade, fils de l’ex-président Abdoulaye Wade, avait été condamné à six ans ferme en 2015 pour enrichissement illicite. Khalifa Sall, lui, était aussi inéligible pour ses ennuis judiciaires.

Pour l’analyste Alassane Samba Diop, un probable retour de ces deux figures de la politique sénégalais dans la course peut tourner à l’avantage de ceux qui étaient là depuis longtemps, tout comme à leur désavantage.

« S’ils vont prendre des voix d’autres partis, ça peut aussi être la réalité politique qu’on verra au Sénégal sur l’échiquier en 2024 », commente-t-il. Même si Alassane Samba Diop nuance. Il indique « qu’il y a une grande différence entre déclarer sa candidature et être candidat parce qu’il faut passer des étapes ».

Sonko toujours éligible

« Il faut faire très attention par rapport à la candidature de Karim Wade et celle de Khalifa Sall. Est-ce qu’ils vont passer l’étape de contrôle de dossier au Conseil constitutionnel qui va vérifier le quitus fiscal pour voir s’ils doivent de l’argent à l’Etat sénégalais ? », s’interroge l’analyste.

Entre-temps, Ousmane Sonko, devenu figure la plus voyante de l’opposition, a maille avec la justice. Il est mis en cause dans une affaire de mœurs. Mais l’opposant dénonce un complot pour l’éliminer politiquement.

Lire aussi :  Sénégal : baisse progressive des tensions, le bilan passe à 16 morts

Après plusieurs épisodes de contestation populaire meurtrière et deux condamnations successives pour diffamation et corruption de la jeunesse, M. Sonko a été écroué fin juillet sous différents chefs d’inculpation, dont appel à l’insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte à la sûreté de l’État.

«La politique est dynamique»

Depuis sa prison, M. Sonko a écrit à la justice la semaine passée pour signifier qu’il n’acceptait pas sa condamnation, condition nécessaire selon ses avocats pour que le jugement soit annulé et qu’un nouveau procès ait lieu, a rapporté l’un de ses conseils, Ciré Clédor Ly.

D’après Alassane Samba Diop, Ousmane Sonko n’a pas encore perdu son éligibilité. « La politique est dynamique. La vérité de 11h15 ne peut pas être la même que celle de 11h16’. Les choses bougent beaucoup en politique. Personne ne peut dire la configuration de ce qui se passera dans six mois. On le saura au fur et à mesure que les jours passent », affirme Alassane Samba Diop.

Si le retour de Karim Wade et Khalifa Sall décrispe le climat politique, la condamnation définitive d’Ousmane Sonko pourrait mettre la poudre au feu.

Trésor Mutombo 

Les plus lus

Afrique du Sud : l’inflation ralentit en mars, une première depuis le début de l’année

L'inflation a ralenti, en diminuant de 0,3 point pour atteindre 5,3 % pour la première fois depuis de l’année en Afrique du Sud.   D’après l'agence...

RDC : Moussa Mondo écope de 20 ans de prison ferme

Accusé de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et imam du Conseil chiite...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Guinée/Football : Werder Brême suspend Naby Keïta jusqu’à la fin de la saison

Naby Keïta, international guinéen, est suspendu par Werder Brême, son club, jusqu’à la fin de la saison sportive pour indiscipline, a annoncé le club...

RDC : Moussa Mondo dans le dur

Soupçonné de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et Imam du Conseil chiite...

Sur le même thème

Vers une baisse à 35% de la masse salariale au Kenya ?

Au Kenya, le gouvernement prévoit de réduire la masse salariale de 43% actuellement à 34% d’ici à l’année 2028.   « Il est impératif de mettre...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Togo : la Cédéao dépêche une mission à Lomé

Une délégation de la Communauté économique des Etats ouest-africains (Cédéao) séjourne à Lomé, capitale du Togo, où la tension monte depuis l'adoption d'une nouvelle...

Au Nigeria, le gouvernement appelé à mettre un terme à l’accord avec Shell sur les droits...

Lundi 15 avril, Amnesty International et d'autres groupes de défense des droits ont appelé le gouvernement nigérian à mettre fin à un accord, visant...

RDC : Judith Suminwa Tuluka en consultations avant la formation du gouvernement

En RDC, Judith Suminwa Tuluka, Première ministre désignée, poursuit les consultations avec les groupements politiques de l’Union sacrée, coalition au pouvoir, alors que son...