Blinken en Ethiopie pour y renouer des liens et soutenir l’accord de paix au Tigré

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken est arrivé mardi soir en Ethiopie, allié historique de Washington avec lequel les liens ont été distendus par deux ans de conflit meurtrier dans le nord du pays.

C’est le plus haut responsable américain à venir en Ethiopie depuis que la guerre a éclaté, en novembre 2020, entre le gouvernement fédéral et les autorités rebelles de la région du Tigré.

Outre le remaillage des liens abîmés par ce conflit, marqué selon Washington par des crimes contre l’humanité, M. Blinken vient aussi soutenir le processus de paix engagé depuis quatre mois.

L’accord, signé le 2 novembre à Pretoria (Afrique du Sud), a été négocié sous les auspices de l’Union africaine (UA), mais les Etats-Unis ont joué un rôle crucial auprès des belligérants, soulignent des sources diplomatiques.

Cette visite dans le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique (120 millions d’habitants) intervient sur fond d’efforts de Washington pour renforcer un partenariat américain sur le continent, où la Chine et la Russie accentuent leur influence.

M. Blinken doit rencontrer mercredi le Premier ministre Abiy Ahmed – prix Nobel de la paix en 2019 pour avoir mis fin à 20 ans de guerre ouverte ou larvée avec l’Erythrée voisine -, que le conflit au Tigré a fait passer, aux yeux de Washington, de symbole d’une nouvelle génération de dirigeants africains progressistes à quasi-paria.

Terribles atrocités

Lire aussi :  Les Nations unies saluent le progrès de paix en Éthiopie

Durant les discussions, l’Ethiopie devrait demander à revenir parmi les bénéficiaires de l’Agoa, initiative américaine permettant à des pays africains d’être exemptés de taxes sur certaines exportations et dont Washington a exclu Addis Abeba depuis janvier 2022.

M. Abiy a envoyé en novembre 2020 l’armée fédérale au Tigré, accusant les autorités régionales qui contestaient son pouvoir depuis plusieurs mois d’avoir attaqué des bases militaires.

Le Tigré était alors dirigé par le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti ayant gouverné de fait l’Ethiopie de 1991 à 2018, avant d’être progressivement marginalisé à l’arrivée au pouvoir de M. Abiy.

Le conflit a débordé dans les régions voisines de l’Amhara et de l’Afar, dont les forces ont soutenu l’armée fédérale, laquelle a également reçu le soutien de l’armée de l’Erythrée, ennemie historique du TPLF.

« M. Blinken doit placer la nécessité que justice soit rendue pour les atrocités commises au centre des discussions avec le Premier ministre Abiy », a estimé mardi l’ONG Human Rights Watch.

« Les relations américano-éthiopiennes ne sont pas encore prêtes à revenir à la normale », a averti Molly Phee, secrétaire d’Etat américaine adjointe chargée de l’Afrique, selon qui le gouvernement éthiopien doit prendre des mesures « permettant de briser le cycle de violences ethnico-politiques » s’il veut remettre sa relation avec Washington « dans l’avancée ».

« Le conflit a été marqué par de terribles atrocités de la part de toutes les parties et a énormément perturbé la stabilité et l’économie du pays, qui fait également face à une sécheresse historique », a-t-elle expliqué à la presse.

Lire aussi :  Ethiopie : le gouvernement et les rebelles du Tigré signent un accord de cessation des hostilités

Influences chinoise et russe

Le gouvernement de M. Abiy a commencé à rétablir les services essentiels – électricité, télécommunications, banques… – dont le Tigré a été largement privé durant le conflit, mais l’accès à la région reste interdit aux journalistes.

Les combats ont cessé au Tigré, mais d’autres régions restent minées par des conflits parfois meurtriers, souvent liés au réveil de revendications identitaires et foncières depuis l’arrivée au pouvoir de M. Abiy.

Si le bilan exact est difficile à estimer, les Etats-Unis estiment que les deux ans de conflit au Tigré ont fait quelque 500.000 morts.

La Russie mène une intense offensive diplomatique en Afrique, notamment vers l’Ethiopie – par ailleurs siège de l’Union africaine (UA)-, pour s’attirer le soutien des pays du continent et les convaincre de ne pas appuyer les efforts de sanctions occidentales prises après l’invasion russe de l’Ukraine.

La Chine de son côté asseoit depuis deux décennies son influence en Afrique, via des relations essentiellement commerciales et sans pressions sur le respect des droits humains.

Après l’Ethiopie, M. Blinken se rendra jeudi au Niger. La vice-présidente américaine Kamala Harris lui succèdera sur le continent à partir de fin mars, au Ghana, en Tanzanie et en Zambie.

AFP/Sahutiafrica

Les plus lus

La Russie envoie des instructeurs militaires et un système de défense aérienne au Niger

Après avoir tourné le dos à Paris et à Washington, Niamey mise sur sa coopération avec Moscou qui l’a envoyé des instructeurs militaires et...

RDC : «Semaine de la science et des technologies», pour la promotion de la culture scientifique...

Discours, conférences, expositions... La 11ᵉ édition de la Semaine de la science et des technologies s'est clôturée mercredi 10 avril, à Kinshasa, capitale congolaise.   Il...

RDC/Linafoot : «…même dans la difficulté, nous arrivons à faire la différence» (Lamine N’Diaye)

Après la victoire du TP Mazembe face au FC Les Aigles mercredi 10 avril (0-3), Lamine N'Diaye, entraîneur de Mazembe, a salué la performance...

En Afrique, près de 55 millions de personnes en insécurité alimentaire

Près de 55 millions de personnes souffrent de la faim en Afrique de l'ouest et centrale, ont annoncé les agences humanitaires de l'ONU ce...

Volcan Nyiragongo: Goma ville résiliente se relèvera de cette éruption comme en 2002

« Goma, chef-lieu, capitale du Nord-Kivu, est pour l’est du Congo un gift », annonce d’entrée Yekima de BelArt, artiste musicien congolais, dans son...

Sur le même thème

En Afrique du Sud, la commission électorale demande la conformation de l’éligibilité de Jacob Zuma

Le feuilleton autour de l'éligibilité de l'ancien président sud-africain Jacob Zuma aux législatives du 29 mai à encore rebondi vendredi avec la décision de...

La Russie envoie des instructeurs militaires et un système de défense aérienne au Niger

Après avoir tourné le dos à Paris et à Washington, Niamey mise sur sa coopération avec Moscou qui l’a envoyé des instructeurs militaires et...

RDC : le gouvernement de Judith Suminwa toujours attendu

En RDC, où le gouvernement de Judith Suminwa Tuluka, Première ministre, se fait attendre, les consultations se poursuivent au sein de l’Union sacrée, coalition...

Au Mali, la junte suspend les activités des partis politiques

Mercredi 11 avril, les autorités maliennes ont suspendu, jusqu’à nouvel ordre, les activités de partis et associations politiques. Pourquoi ? Le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du...

RDC : les propositions de Dédé Watchiba pour accélérer le processus de formation du gouvernement après...

Le professeur Dédé Watchiba, docteur en sciences politiques et administratives, propose des pistes pour accélérer le processus de formation du gouvernement après les élections...