[ Tribune] : « Consolidation démocratique en Afrique : Leçons à tirer des élections présidentielles au Sénégal et défis face aux ingérences extérieures.», (Dédé Watchiba)

Analyser les dernières élections présidentielles au Sénégal et les récentes tendances politiques en Afrique nécessite une réflexion approfondie sur les défis et les opportunités pour la démocratie sur le continent. Dans un contexte marqué par le retour des coups d’État dans certaines régions, ainsi que par des tensions politiques et des crises institutionnelles, il est crucial de tirer des leçons pour l’avenir de la démocratie en Afrique.

Premièrement, l’élection présidentielle au Sénégal et le succès de l’opposant antisystème Bassirou Diomaye Faye soulignent l’importance de la participation politique et de la pluralité des voix dans un système démocratique. La victoire d’un candidat de l’opposition montre que, lorsque les citoyens africains aspirent à un changement politique, ils sont prêts à exprimer leur mécontentement à travers les urnes. Cela met en lumière l’importance de garantir des élections libres, justes et transparentes, où chaque voix compte et où les électeurs ont le pouvoir de décider de l’avenir de leur pays.

Deuxièmement, la réaction pacifique du candidat du pouvoir, Amadou Ba, qui a accepté sa défaite, démontre la maturité politique et la volonté de respecter les principes démocratiques. Dans un continent où les transitions de pouvoir sont souvent marquées par des conflits et des contestations, cette attitude exemplaire renforce la crédibilité des institutions démocratiques et contribue à la stabilité politique.

Cependant, il est essentiel que cette culture de la démocratie et du respect des résultats électoraux soit encouragée et consolidée à travers l’éducation civique et la promotion des valeurs démocratiques.

Troisièmement, les récents coups d’État dans certaines régions d’Afrique soulignent les défis persistants en matière de gouvernance et de consolidation démocratique. Les causes sous-jacentes de ces coups d’État peuvent être multiples, notamment la mauvaise gouvernance, la corruption, les inégalités économiques et sociales, ainsi que les tensions ethniques ou politiques. Pour renforcer les systèmes politiques africains et prévenir de telles crises, il est impératif d’investir dans des institutions solides, la primauté du droit et la responsabilité des dirigeants.

Lire aussi :  [ Tribune de Dédé Watchiba] : « Amélioration de la gestion des services publics et des infrastructures aéroportuaires en République démocratique du Congo : une approche comparative» !

En outre, une attention particulière doit être portée à la promotion de la bonne gouvernance, de la transparence et de la reddition de comptes à tous les niveaux de gouvernement. Il est également essentiel de promouvoir une culture de dialogue politique inclusif, où les divergences d’opinions sont respectées et où la résolution pacifique des conflits est encouragée.

Sur un autre registre, on peut également examiner les leçons à tirer des élections au Sénégal en ce qui concerne les ingérences extérieures dans les processus démocratiques africains.

Premièrement, ces élections soulignent l’importance de protéger la souveraineté nationale et l’autodétermination des peuples africains. Les ingérences extérieures, qu’elles soient politiques, économiques ou militaires, peuvent compromettre la légitimité des processus électoraux et miner la confiance des citoyens dans leurs institutions démocratiques. Il est donc essentiel de renforcer les mécanismes de protection contre les interférences extérieures, en mettant en place des mesures de sécurité robustes et en promouvant la coopération régionale pour faire face aux menaces communes.

Deuxièmement, les élections au Sénégal mettent en lumière la nécessité de promouvoir des relations internationales basées sur le respect mutuel, la coopération et le dialogue. Les acteurs internationaux, qu’ils soient des États, des organisations régionales ou des institutions internationales, doivent respecter la souveraineté des nations africaines et s’abstenir de toute ingérence dans leurs affaires intérieures. En favorisant un environnement propice au dialogue et à la diplomatie, il est possible de résoudre les différends de manière pacifique et de prévenir les tensions susceptibles de compromettre la stabilité politique.

Lire aussi :  RDC : les propositions de Dédé Watchiba pour accélérer le processus de formation du gouvernement après les élections (Tribune)

Troisièmement, les élections au Sénégal soulignent l’importance de promouvoir la transparence et la redevabilité dans les relations entre les acteurs internationaux et les États africains. Il est essentiel que les aides étrangères, les investissements et les accords commerciaux soient conclus de manière transparente, dans l’intérêt mutuel des parties concernées et dans le respect des normes démocratiques et des droits de l’homme. En veillant à ce que les relations internationales soient fondées sur des principes d’équité et de justice, il est possible de renforcer la confiance entre les nations et de promouvoir la stabilité politique et économique en Afrique.

En conclusion, l’élection présidentielle au Sénégal et les récents événements politiques en Afrique offrent des leçons précieuses pour l’avenir de la démocratie sur le continent. Il est crucial de consolider les acquis démocratiques, de promouvoir la participation citoyenne et le respect des principes démocratiques, tout en s’attaquant aux défis persistants en matière de gouvernance et de consolidation démocratique. En fin de compte, la démocratie en Afrique doit être fondée sur des institutions fortes, une culture de respect des droits de l’homme et une volonté politique de promouvoir le bien-être de tous les citoyens.

Dédé Watchiba, Professeur d’universités, chercheur et analyste politique

Les plus lus

En RDC, le flou autour de la démission d’une ministre

Stéphanie Mbombo Muamba, ministre congolaise déléguée près le ministre de l’Environnement, a annoncé sa démission mardi 18 juin dans la soirée.   Pourquoi a-t-elle démissionné ? C’est...

Somalie : le gouvernement veut ralentir le retrait des casques bleus africains

Le gouvernement somalien veut ralentir le retrait des casques bleus africains dans ce pays et met en garde contre un potentiel vide en matière...

DRC Mining Week 2024 : le groupe MKB signe sa première participation

A la DRC Mining Week 2024, le groupe MKB Sarl, spécialisé notamment dans l’agropastoral, agro-industriel ainsi que dans le commerce général, a signé sa...

Des centaines d’Egyptiens meurent pendant le pèlerinage du hadj à la Mecque

Au moins 530 Égyptiens ont péri durant le pèlerinage du hadj et trente-et-un autres portés disparus, en raison de la chaleur extrême qui s'abat...

…la marmite des esclaves…(Carnet de Christian Gombo)

…pour mieux voir Moanda, cette ville-fleuve, ville-océan, oui Moanda, ville-poisson, ville-crabe, ville-crevette, ô Moanda ville-pétrole, ville-plage, ville-sable, sable mouvant, sable riant, sable coulant, sable...

Sur le même thème

Kenya : un mort dans une manifestation contre les nouvelles taxes

Jeudi 20 juin, un manifestant a été tué lors d’une manifestation contre le projet de budget du gouvernement prévoyant d’instaurer de nouvelles taxes, selon...

Burkina Faso : «…On ne recule pas, on n’abandonne pas» (Ibrahim Traoré)

Au Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, se montre rassurant deux après que l’armée a démenti toute « mutinerie » dans des...

Burkina Faso : conseil des ministres à Ouagadougou en présence du capitaine Traoré

Ce jeudi 20 juin, le capitaine Ibrahim Traoré, chef de la transition, a présidé un conseil des ministres à Ouagadougou, selon la présidence, deux...

Sénégal-France : Bassirou Diomaye et Emmanuel Macron, un déjeuner pour faire connaissance

En séjour à Paris où il participe au Forum mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinales ce jeudi 20 juin, le président Bassirou Diomaye...

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara vise une croissance de 7% pour l’économie entre 2024 et 2027

En Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara a, dans son discours annuel devant le Parlement réuni en congrès, affirmé viser une croissance de 7%...