«C’est au nom de la stabilité que j’ai personnellement accepté de faire ce mandat» (Alassane Ouattara)

Le week-end dernier, après avoir voté, le président Alassane Ouattara s’est exprimé devant quelques journalistes. Sa sortie tourne sur les réseaux sociaux.

Le président sortant, candidat à un troisième mandat avait d’abord renoncé à se présenter. Alassane Ouattara a expliqué aux journalistes que « c’est au nom de la stabilité » de la Côte d’Ivoire qu’il a « personnellement accepté de faire ce mandat ».

«Nous sommes suffisamment majeurs pour gérer nos pays. Nous le faisons en fonction de nos objectifs. La Côte d’Ivoire est un pays qui est sorti de crise, qui a besoin de stabilité», a expliqué Alassane Ouattara.

Le président sortant, qui vient en tête dans les résultats partiels publiés par la CEI (Commission Electorale Indépendante), s’insurge contre les pays occidentaux et les journalistes qui reviennent sur le respect des Constitutions et la limitation des mandats présidentiels à deux.

Lire aussi :  Présidentielle en Côte d’Ivoire: vers une abstention record?

«En France, vous aviez combien de mandats avant que Sarkozy ne change la Constitution», a demandé Ouattara. « Aux Etats Unis, avant que Roosevelt ne change la Constitution, il y avait combien de mandats? En Chine, il y a combien de mandats? Il n’y a pas de limitation de mandat. En France, il n’y avait pas de limitation de mandat jusqu’il y a 20 ans» détaille le président Alassane Ouattara.

Pour lui, la Côte d’Ivoire, étant un pays jeune a besoin de stabilité. C’est au nom de cette stabilité qu’il brigue un troisième mandat dans son pays. Peut-on vraiment parler de stabilité dans le contexte politico-social que vit la Côte d’Ivoire actuellement?

Lire aussi :  Présidentielle en Côte d’Ivoire: Jour-J moins deux

Alimasi Kambale

Les plus lus

Afrique du Sud : l’inflation ralentit en mars, une première depuis le début de l’année

L'inflation a ralenti, en diminuant de 0,3 point pour atteindre 5,3 % pour la première fois depuis de l’année en Afrique du Sud.   D’après l'agence...

RDC : Moussa Mondo écope de 20 ans de prison ferme

Accusé de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et imam du Conseil chiite...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Guinée/Football : Werder Brême suspend Naby Keïta jusqu’à la fin de la saison

Naby Keïta, international guinéen, est suspendu par Werder Brême, son club, jusqu’à la fin de la saison sportive pour indiscipline, a annoncé le club...

RDC : Moussa Mondo dans le dur

Soupçonné de violences conjugales ayant causé la mort de Khadidja Alisa, son épouse, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures et Imam du Conseil chiite...

Sur le même thème

Vers une baisse à 35% de la masse salariale au Kenya ?

Au Kenya, le gouvernement prévoit de réduire la masse salariale de 43% actuellement à 34% d’ici à l’année 2028.   « Il est impératif de mettre...

Libye : l’Envoyé de l’Onu démissionne de son poste

Nommé en septembre 2022, Abdoulaye Bathily, Envoyé des Nations unies en Libye, a démissionné de son poste mardi 16 avril.   Il justifie sa décision par...

Togo : la Cédéao dépêche une mission à Lomé

Une délégation de la Communauté économique des Etats ouest-africains (Cédéao) séjourne à Lomé, capitale du Togo, où la tension monte depuis l'adoption d'une nouvelle...

Au Nigeria, le gouvernement appelé à mettre un terme à l’accord avec Shell sur les droits...

Lundi 15 avril, Amnesty International et d'autres groupes de défense des droits ont appelé le gouvernement nigérian à mettre fin à un accord, visant...

RDC : Judith Suminwa Tuluka en consultations avant la formation du gouvernement

En RDC, Judith Suminwa Tuluka, Première ministre désignée, poursuit les consultations avec les groupements politiques de l’Union sacrée, coalition au pouvoir, alors que son...